La perturbation d’un continent, 1492-1776

C’est l’époque des empires. Les grandes puissances européennes sont en concurrence pour obtenir les richesses, les territoires et l’influence internationale. Cette concurrence a pour conséquence l’arrivée de centaines de milliers d’Européens et d’Africains sur le continent nord-américain où les peuples autochtones vivent depuis des milliers d’années.

Il s’ensuit une perturbation profonde des sociétés établies depuis très longtemps. Au cours de cette période, la population du continent chute, car les maladies font des ravages dans les populations autochtones qui ne sont pas immunisés. Au-delà de cette tragédie, de nouveaux conflits, de nouvelles formes de liberté et d’esclavage, et de nouveaux types de cohabitation font leur apparition.
 

Le prochain arrêt de notre visite est derrière vous.

Nouveau Mexique espagnol

Nouveau Mexique espagnol

Les conquistadors espagnols traversent le Rio Grande en 1598 et se dirigent vers le nord à la recherche d’or et d’argent. Ils découvrent à la place des petites villes où les peuples indigènes vivent dans des maisons en briques de terre séchées et cultivent les terres grâce à l’irrigation. L’Espagne décide de fonder une colonie à Santa Fé pour convertir les Indiens au catholicisme et pour empêcher les autres puissances européennes de s’y installer. Les Tewa, les Zuni, les Hopi et d’autres tribus s’associent pour développer une nouvelle identité de « peuples de village ». Même si beaucoup d’entre eux adoptent l’espagnol en tant que deuxième langue, ces tribus s’allient pour résister aux demandes espagnoles en main-d’œuvre et pour défendre leurs pratiques religieuses traditionnelles.

Village de Taos, 1880

Céramiques Hawikuh

Céramiques Hawikuh

Chandelier, salière, assiette à soupe et bol Zuni traditionnel, avant 1680

Les potiers de village, obligés de travailler dans les missions espagnoles, utilisent leurs matériaux et leurs techniques traditionnels pour fabriquer des formes européennes comme des chandeliers ou des assiettes à soupe.


Suivez le couloir jusqu’à la vitrine au bout.

Caroline du Sud britannique

Caroline du Sud britannique

À la fin du 17e siècle, les Britanniques établissent un système de plantation en Caroline du Sud, dédié à la production d’une seule récolte d’exportation. Les rizières de la colonie sont particulièrement rentables pour quelques exploitants, mais dépendent du travail forcé d’un grand nombre.

La mise en esclavage des Indiens constitue en partie cette première main-d’œuvre, mais rapidement, les Britanniques se procurent une main-d’œuvre composée d’esclaves africains. Au début du 18e siècle, la population de la Caroline du Sud est à majorité africaine avec une minorité européenne. Les Africains de l’Ouest apportent leurs propres connaissances et croyances, et créent une nouvelle langue et culture en Amérique.

« Culture du riz sur le fleuve Ogeechee », 1867

Riziculture

La riziculture est une invention multiculturelle. Elle associe les connaissances en culture du riz originaires d’Afrique de l’Ouest à des pratiques britanniques en matière d’expérimentation agricole. La contribution des esclaves africains garantit la réussite économique de la Caroline.

Les outils pour la riziculture comprennent un mortier et un pilon pour séparer la cosse du grain. Comme dans les régions de culture rizicole d’Afrique de l’Ouest, la plupart des activités de transformation sont effectuées par les femmes.

Femmes utilisant un mortier et un pilon, 1915

Mortier

 

Le prochain arrêt de notre visite est au coin à votre gauche.