La vie spirituelle (suite)

Jamestown, Québec, Santa Fe: trois berceaux nord-américains

La vie spirituelle (suite)

Cette image, probablement celle d’un franciscain, décorait la Carte du Canada ou de La Nouvelle France, publiée à Paris, en 1703. Smithsonian National Museum of American History, Kenneth E. Behring Center 

La conversion des peuples autochtones

Jamestown
Les Anglais avaient envisagé de convertir les Powhatans au christianisme, mais les colons déployèrent peu d’efforts pour changer les croyances et les pratiques des peuples autochtones, et Pocahontas fut pratiquement leur seule convertie. Après la mort du quart des nouveaux venus dans une attaque des Powhatans en 1622, les colons de la Virginie abandonnèrent en grand nombre l’idée de convertir les Autochtones et de les intégrer à leur société. 

Québec
Les missionnaires jésuites allèrent vivre dans les villages hurons et y apprirent de nouvelles langues qu’ils utilisèrent pour traduire la Bible et l’enseigner. Ils établirent des écoles, et des colons français dévots parrainèrent des enfants autochtones. Par contre, le projet de transformer les Autochtones en Français comportait sa part de contradictions; alors que l’Église encourageait les convertis à s’établir comme agriculteurs, les compagnies de fourrures avaient besoin de chasseurs qui devaient passer de longs mois éloignés de l’église et de la mission.

Santa Fe
Les Franciscains établirent des missions au Nouveau-Mexique dans le but d’entraîner les Pueblos dans leur giron. Ils essayèrent de les convertir en organisant des cérémonies impressionnantes, en offrant des cadeaux aux convertis et en cherchant des adeptes auprès des enfants, créant ainsi la division au sein des familles.