Le bouleversement du continent

Jamestown, Québec, Santa Fe: trois berceaux nord-américains

Le bouleversement du continent

Nous sommes en 1600, et tout est sur le point de changer...

Cette carte de 1556 nous montre la ville légendaire de Cíbola, que Francisco Vázquez de Coronado rechercha en vain de 1540 à 1542. Il avait imaginé une cité riche comme Tenochtitlán, la capitale des Aztèques, conquise par les Espagnols au Mexique. Au lieu de cela, il ne trouva que de modestes villages d’agriculteurs, aux maisons en adobe et en pierre. Reproduction.
John Carter Brown Library, Brown University

Trois colonies établies au début du XVIIe siècle, une anglaise, une française et une espagnole, créeront un monde nouveau, tant pour les colons que pour les premiers habitants des territoires colonisés. Les conséquences de la rencontre et de l’interaction des peuples se feront sentir pendant des siècles.

Les conquêtes européennes

Ce type de pistolet à rouet, de fabrication allemande, fut trouvé dans des fosses à déchets à Jamestown. Bien que les armes à feu aient pu procurer aux Européens un avantage certain dans les combats, le mécanisme de cette arme était si compliqué qu’il était difficile de le réparer.
Smithsonian National Museum of American History, Kenneth E. Behring Center

Pendant le siècle qui suivit la venue de Christophe Colomb, les Européens ne manifestèrent que peu d’intérêt pour le territoire qui constitue aujourd’hui le Canada et les États-Unis. Plus au sud, l’Espagne avait conquis un empire de grande valeur, en Amérique du Sud, en Amérique centrale, au Mexique et dans les Caraïbes. Les Anglais et les Français étaient alors sur le point d’établir leurs premières colonies permanentes en Amérique du Nord, et des colons de la Nouvelle-Espagne allaient commencer à migrer vers le nord, au « Nouveau-Mexique ».

Les sociétés autochtones

Ce récipient, datant de 1550 environ, fut fabriqué par des Iroquois laurentiens, un peuple d’agriculteurs qui occupait la vallée du Saint-Laurent au moment des expéditions de Jacques Cartier, dans les années 1530. Au retour des explorateurs français dans le Saint-Laurent, en 1603, les Iroquois laurentiens avaient été disséminés, probablement à la suite de conflits avec les Hurons au nord du lac Ontario, ainsi qu’en raison des pertes causées par les maladies héritées des Européens.
National Museum of the American Indian, Smithsonian Institution (6/8429)
 
 

Des sociétés autochtones vivaient sur le continent nord-américain depuis des millénaires. Au XVIe siècle, de brefs contacts avec des explorateurs, des marchands et des pêcheurs européens suffirent pour transmettre des germes mortels et perturber les alliances, les rivalités et les modes de vie de ces sociétés. Bientôt, les Européens, dans leur volonté de fonder des établissements permanents, introduisirent des maladies plus dévastatrices encore et des situations problématiques qui ébranlèrent les bases mêmes de ces sociétés.