Nous sommes en 1700...

Jamestown, Québec, Santa Fe: trois berceaux nord-américains

Nous sommes en 1700...

Quelle est maintenant la situation ?

Cette carte de l’Amérique du Nord, dessinée par Guillaume de L’Isle, montre un point de vue français du continent vers 1700. Les colonies anglaises et espagnoles y sont confinées à d’étroites bandes de terre, de part et d’autre du continent. Les Français ne formaient pourtant qu’une infime minorité, même dans cette partie du continent appelée la Nouvelle-France. Personne ne savait si la France allait être à la hauteur de ses ambitions dans le siècle à venir.
Alderman Library, University of Virginia

La nation appelée le Canada n’existe pas encore, pas plus que le pays nommé les États-Unis.

La colonisation ne se fait pas uniquement d’est en ouest; elle émane de beaucoup d’endroits et s’étend dans bien des directions. Le bouleversement — la perte démographique et la perturbation des sociétés autochtones — est peut-être la principale caractéristique de cette époque. Quoi qu’il en soit, les Autochtones demeurent encore au moins neuf fois plus nombreux que les colons européens.

Le continent est international. Les événements, les rivalités et les guerres qui sévissent en Europe continueront à avoir des répercussions sur le cours des événements en Amérique du Nord.

Ni l’Espagne, ni la France, ni l’Angleterre ne domine encore sur les autres. Les nations autochtones et européennes continueront à se disputer entre elles; certaines, pour dominer, d’autres, pour survivre.