La famille Caldwell : 1836-1865

Dans les décennies qui précèdent la guerre de Sécession, Lucy et Josiah Caldwell et leur fille adoptive, Margaret, habitent ici. Comme de nombreux protestants prospères des classes moyennes, ils sont influencés par la résurgence religieuse et le nouvel idéal qui mettent l’accent sur la puissance morale du foyer et de la famille. Pour certaines familles comme les Caldwell, ces idées donnent naissance à une mission radicale. Ils pensent que des familles ordinaires peuvent changer le monde si elles s’unissent.

Observez !

Qu’est-ce qui est important pour les Caldwell ? Cette pièce est remplie d’indices.

Lucy Caldwell fait de sa maison un centre de militantisme social, participant à la réforme la plus controversée de son époque : l’abolition de l’esclavage aux États-Unis. Elle organise des réunions de la société anti-esclavagiste des femmes d’Ipswich pour parler de la littérature abolitionniste, écouter d’autres militants ou chanter des chansons contre l’esclavage. Durant ces réunions, les femmes organisent également des pétitions, des campagnes d’appel de fonds, et fabriquent des articles pour les vendre lors de kermesses anti-esclavagistes.

The Slaves Friend (Lami de lesclave), une publication anti-esclavagiste pour les enfants, 1839

Dans les années précédant la guerre de Sécession, il est attendu qu’une femme limite son horizon au foyer et à sa famille, les deux sphères socialement acceptables. Lucy Caldwell et ses amies militantes suscitent des critiques pour leurs activités en dehors de la maison. Mais parce que l’esclavage détruit la vie familiale, elles sont convaincues qu’en plus d’élever des enfants vertueux, leurs obligations morales incluent également la lutte contre l’esclavage.


Traversez la maison jusqu’à ce que vous vous trouviez à l’extérieur. (Les poutres en aluminium au-dessus représentent la superficie de la structure originale.)