La famille Choate : 1757–1772

Au milieu des années 1760, Abraham Choate, un bourgeois ambitieux, fait construire cette maison pour lui, sa femme Sarah et leur famille grandissante. Choate et d’autres colons prospères sont à l’origine d’une vague de constructions immobilières dans la région d’Ipswich, alors en train de devenir un centre important de commerce de l’Empire britannique. La taille et le style de la maison, avec six pièces chauffées, de nombreuses grandes fenêtres et des finitions sophistiquées, sont des signes extérieurs de l’importance croissante de Choate et de la prospérité de la communauté.

Observez !

Comment les Choate affichent-ils leur statut social ?

Cette pièce est remplie d’indices.

Les finitions sophistiquées du salon des Choate comme les panneaux en bois, le plafond en plâtre et le papier peint importé sont les signes de l’aisance de cette famille et de sa connaissance du style transatlantique. Ils produisent un décor imposant pour recevoir des invités. Dans les années 1760, peu de familles peuvent s’offrir un tel luxe. La plupart des habitants vivent dans des maisons modestes de quelques pièces pour travailler, cuisiner et dormir.

La table au centre de la pièce est dressée pour le thé. Comme d’autres personnes du même rang dans le Massachusetts colonial et dans l’ensemble de l’Empire britannique, Abraham et Sarah Choate s’adonnent aux nouvelles modes comme la consommation du thé. Ces nouveaux rituels nécessitent non seulement des biens importés chers comme des théières en porcelaine venant de Chine, mais aussi la connaissance des règles sociales transatlantiques.
 

Pour continuer votre visite, rendez-vous dans l’entrée principale de la maison.